vendredi 22 novembre 2013

Mme Kosciusko-Morizet et la sainte alliance des homophobes, par @Ian Brossat (#PCF)

Depuis quelques jours, les incohérences et les contradictions de Mme Kosciusko-Morizet se révèlent au grand jour. Son image lisse et moderne de femme ouverte, savamment fabriquée et entretenue depuis des années, se heurte aux convictions et aux combats de ses lieutenants, de ses têtes de listes et de ses soutiens. Malgré les jours qui raccourcissent, le soleil ne se couche pas sans un nouveau faux-pas, une nouvelle bourde de la candidate de l'UMP. Dernier couac en date, et non des moindres, le soutien de Frigide Barjot qui organisait ce dimanche un rassemblement des opposants au mariage pour tous. Parmi eux : Franck Margain, bras droit de Christine Boutin et allié de la députée de l'Essonne dans le XIIe arrondissement, ainsi qu'Anne-Sophie Souhaité-Grouchka, sa chef de file dans le XIIIe. L'un et l'autre ont clairement affiché un soutien qui contraste avec les poses prudentes de Nathalie Kosciusko-Morizet depuis toujours.
La candidate de la droite parisienne a rejoint la sainte alliance des homophobes esquissée par de nombreux élus UMP parisiens au moment du vote de la loi Taubira. Il n'y a plus d'ambivalence qui tienne, plus de masque bienveillant. Les combats de Mme Kosciusko-Morizet sont bel et bien ceux de sa famille politique. Les Parisiens ne seront pas surpris : la droite a toujours cultivé ses sorties et ses saillies homophobes dans la capitale.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire